Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour

Contrôle du risque légionelle dans les établissements de santé

par | Juil 16, 2019 | Etablissements de santé, Réglementation | 0 commentaires

Les établissements de santé présentent un risque particulièrement élevé d’infection aux légionelles. En effet, leurs réseaux d’eau et de climatisation étendus et complexes assurent un environnement propice à la croissance de cette bactérie pathogène. D’autre part, ces lieux rassemblent un public fragile, très exposé au risque de développer les symptômes aigus de la légionellose. Ils sont par conséquent soumis à des contrôles plus stricts que les autres types d’établissements recevant du public (ERP) et doivent faire l’objet d’une stratégie de prévention rigoureuse.

 

Vulnérabilité du public des établissements de santé

Les patients d’EHPAD, d’hôpitaux, de cliniques ou de centres médicaux spécialisés et de réhabilitation sont par définition plus sensibles aux maladies que le reste de la population. En ce qui concerne la légionelle, les publics à haut risque sont les patients immunodéprimés, les bénéficiaires d’une transplantation ou greffe récente, atteints de cancer ou sous traitement immunodépresseurs. En outre, d’autres facteurs de risque sont un âge supérieur à 50 ans, la consommation de tabac, une intervention médicale récente ou des pathologies cardiaques et pulmonaires. 

 

Quels types d’installations sont susceptibles d’abriter des légionelles dans les établissements de santé ?

Tous les réseaux d’eau et de tours aéroréfrigérantes peuvent être contaminés par les légionelles. Les points de contamination en milieu hospitalier sont généralement les douches, les climatiseurs, les humidificateurs ou les tours de refroidissement.

Les caractéristiques des équipements (taux de rejet de microgouttelettes élevé, absence de filtres sur les pommeaux de douche) et du réseau d’eau (bras morts et zones stagnantes, multiplicité des boucles, corrosion, tartre, passages de l’eau froide en milieu surchauffé…) sont des facteurs favorisant la croissance de légionelles.

 

diagnostic positif légionelleQuelles sont les conséquences d’un diagnostic positif de légionellose ayant pour origine un établissement de santé ?

Un établissement de santé contrôlé positif à la légionelle à la suite d’une infection de patients s’expose, selon l’étendue et la gravité du foyer d’infection, à une injonction de fermeture temporaire, ce qui représente un manque à gagner conséquent. En premier lieu, l’établissement devra procéder à des actions permettant d’éradiquer la bactérie, ce qui implique des dépenses en biocides et en chauffage pour effectuer des chocs thermiques. Il devra également mettre en place des mesures de prévention pour garantir que l’incident ne se reproduise pas. Sa réputation sera sérieusement ternie et il pourra être difficile de regagner la confiance du public. En outre, à l’instar de l’hôpital américain Mount Carmel Grove City aux Etats-Unis, qui a récemment fait la une de l’actualité, les établissements concernés encourent des poursuites judiciaires civiles et pénales en cas de manquement à leurs obligations de contrôle du risque. Dans ce cas précis, la contamination était due à une insuffisance de traitement des eaux qui avait provoqué 16 cas de légionelloses dont un décès.

 

Quelle est la réglementation en termes de contrôle du risque de la légionelle en milieu hospitalier ?

Il n’y a pas d’harmonisation réglementaire à l’échelle mondiale ou européenne en matière de contrôle du risque lié aux légionelles dans les établissements de santé. En France, les établissements hospitaliers sont tenus d’effectuer un test réglementaire selon la méthode NF T90-431 sur tous les points à risque des réseaux d’eau chaude sanitaire au moins une fois par an. La concentration en légionelle ne doit pas dépasser 1 000 UFC/L à n’importe quel point de prélèvement. Ce seuil est ramené à 10 UFC/L dans les services de patients à haut risque.

En raison de la prolifération de la légionelle dans les eaux tièdes, un relevé quotidien de température est également obligatoire pour s’assurer que le réseau d’eau froide reste sous la barre des 25 °C et que le réseau d’eau chaude soit maintenu à plus de 50°C. En outre, les établissements hospitaliers doivent assurer des travaux de réfection en cas de réseau défaillant qui offrirait un environnement propice à la croissance de la légionelle.

Toutes les opérations sur le réseau doivent être consignées dans le fichier sanitaire mis à disposition des Autorités Régionales de Santé (ARS), ce qui permettra au gestionnaire de démontrer les actions de prévention mises en place et de dégager sa responsabilité en cas d’épidémie.

 

Bien connaître son réseau pour des autocontrôles stratégiques

Il est fortement recommandé d’effectuer des tests d’autocontrôle réguliers afin de connaître la concentration en légionelles des réseaux d’eau Pour cela, il est essentiel de cartographier les points les plus représentatifs du réseau (où les soutirages sont les plus fréquents, à proximité des patients considérés comme très vulnérables, situés dans une partie récemment rénovée… ) et les zones à risque (retours de boucle, emplacements les plus éloignés de la production d’eau chaude, ballons d’eau chaude…). La réalisation de tests spontanés à ces points de prélèvement permettra, en cas de dépassement du seuil réglementaire, de prendre les mesures correctives rapidement afin d’assurer une sécurité sanitaire optimale aux patients de l’établissement.

Sources :

Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé, Conseil supérieur d’hygiène publique de France Section des maladies transmissibles, Section des eaux, Le risque lié aux légionelles Guide d’investigation et d’aide à la gestion, 1er juillet 2005 https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guid2005-2.pdf

Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale, Circulaire DGS/EA4 no 2010-448 du 21 décembre 2010 relative aux missions des agences régionales de santé dans la mise en œuvre de l’arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d’eau chaude sanitaire, 17 décembre 2010, https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2011/11-01/ste_20110001_0100_0130.pdf

WBNS-10tv, 2nd lawsuit filed after Mount Carmel Grove City Legionella outbreak, 14 juin 2019 https://www.10tv.com/article/2nd-lawsuit-filed-after-mount-carmel-grove-city-legionella-outbreak-2019-jun, accédé le 20 juin 2019

 

Cet article vous a plu ? Allez plus loin en découvrant notre livre blanc qui vous aidera à adopter les bons réflexes pour mieux contrôler chaque point du réseau d’eau, et éviter tout risque de contamination :

Notre expert vous accompagne

Nous proposons une consultation sur vos méthodes actuelles de prévention afin d’évaluer comment les solutions Legio EZ peuvent vous aider à anticiper et mieux prévenir le risque Legionella.

Pin It on Pinterest